Archive pour la catégorie ‘Histoire de réussite’

Qu’est-ce qu’un bon show ? (exposition industrielle)

Il me fait plaisir de vous présenter la première histoire de réussite qu’un lecteur partage avec nous.

Histoires de réussite est un volet de mon blogue qui vous permet d’honorer une personne de votre entourage en racontant un succès qui mérite d’être souligné. Plein de gens ont eu le courage de relever des défis de vie personnels ou professionnels remarquables mais ces histoires extraordinaires vécues par des gens ordinaires restent trop souvent dans l’ombre. Osez me les écrire. La lecture d’une histoire de courage peut apporter à une autre personne le courage, l’énergie, la détermination de persévérer et de réussir à son tour.

Les enfants et les adolescents ont aussi leurs histoires à raconter. Ils peuvent nous enseigner des lignes de sagesse inouïe, je vous encourage donc, chers parents à stimuler la créativité de notre relève et de leurs donner un coup de pouce pour qu’ils puissent participer.

Bonne lecture.

Luc

“Il y a quelques années, j’ai participé à une exposition industrielle à Moncton au Nouveau-Brunswick, pour nous c’était notre première participation à cette exposition bisannuelle dans les Maritimes du jeudi au samedi inclusivement. Étant donné la distance, j’avais planifié des rendez-vous le lundi en Nouvelle-Écosse pour rentabiliser notre déplacement.

Le mercredi, Gilles et moi avons fait le trajet Québec – Moncton et avons monté notre kiosque. Quelle surprise à notre arrivée de voir le kiosque de notre compétiteur qui était seulement à 10 pieds du nôtre.

Enfin, le jeudi matin arrive et les portes de l’aréna ouvrent comme prévu. Il y a beaucoup d’exposants fébriles en attendant les visiteurs.

La journée passe lentement. L’heure de la fermeture arrivée; nous avons eu seulement un passant sans intérêt pour nos produits.

Comme à l’habitude, mon patron nous téléphona le soir pour avoir un résumé de la journée. Notre conclusion était que le vendredi devrait être meilleur.

Le vendredi matin arrivé, les portes ouvrent à nouveau sans aucun visiteur à l’horizon, certains exposants étant à bout, ont fabriqués un circuit de mini golf dans les allées pour passer le temps.

La journée passe, mon patron m’appelle : “Et puis comment était la journée?” Vraiment des plus ordinaires, seulement un étudiant, un ‘’tire-kicker’’ et un nouveau circuit de mini-golf, de plus je lui ai dit qu’il y avait des exposants qui avaient plié bagage et que nous voulions faire de même, mon patron m’a dit que tout était déjà payé et que de toute façon nous devions aller en Nouvelle-Écosse lundi.

Le samedi arriva, et comme les deux jours précédents il n’y avait toujours pas l’ombre d’un visiteur, la journée avança et soudain un petit monsieur d’à peine 5 pieds, dos rond, cheveux gris entra dans notre kiosque, il se présente M. Poirier de la Gaspésie, il me dit : “Tu vends des dépoussiéreurs? Vient me voir je viens de passer au feu et j’en ai besoin d’un.” Je prends ses coordonnées, et lui dit que nous devons aller en Nouvelle-Écosse lundi et que nous serions chez eux probablement mercredi.

Le mercredi arrivé, nous étions à sa scierie comme prévu. Je fais le tour avec lui et mon partenaire Gilles, nous faisons l’estimation et préparons un brouillon de la soumission, négocions avec M. Poirier et signons un contrat d’environ $ 150,000.00 !

Arrivés le lendemain à nos bureaux, les premières paroles de notre patron furent : “Les gars, ça été notre meilleur show à vie, jamais nous avons signé un si beau contrat directement lié à une exposition.” Gilles et moi étions surpris de ces paroles, mais sans plus.

Depuis plusieurs années, l’industrie du bois est en régression ainsi que les shows, chaque fois depuis ce jour durant une exposition, je me dit toujours ‘’ ça me prend juste un M. Poirier et mon show va être bon’’.

Ce printemps ( Mai 2008 ) nous avons eu un show à Québec; pour nous cela c’est bien déroulé. Par contre des amis à moi ( exposants de petites machinerise ) étaient très mal placés et avaient un kiosque beaucoup trop petit pour bien montrer leur “edge bander”. À chaque jour, à l’heure du muffin, je faisais un petit résumé avec eux. Ce show ressemblait beaucoup à ‘’mon Moncton’’, j’ai raconté cela et je crois qu’ils ont pris le côté positif de l’histoire. C’est comme une course; temps que c’est pas fini, c’est pas fini, un point c’est tout.

La dernière journée du show, une heure avant la fermeture, mon ami Guillaume vient me voir dans mon kiosque: “Tu sais pas quoi, je viens de vendre la “edge bander” telle quelle, le gars est parti chercher son camion, il part avec, j’ai même pas besoin de la ramener au bureau’’, il m’a dit: “t’avais raison, c’est un maudit bon show avec le sourire jusqu’aux oreilles”.

Le bonheur est qu’aujourd’hui je ne suis plus seul à avoir eu “son Moncton”. Restez toujours optimiste et dites vous que ça en prend juste un !”

René Rodrigues

Concept-air

Publié sous Histoire de réussite | Aucun commentaire